En théorie, le Larousse définit l’imprévisible comme quelque chose « qui ne peut être prévu, dont on ne peut prévoir les réactions. » En pratique, les imprévus ont plutôt tendance à susciter de nombreuses réactions : la colère, le découragement, l’exaspération, parfois même la joie (des voyages imprévus, c’est cool ça!) Alors, dans des circonstances, disons, moins favorables, existent-ils des moyens pour mieux gérer les imprévus? Voici où j’en suis dans mes réflexions…

Je le comprends, c’est tellement fâchant quand on a prévu de faire tel ou tel truc, puis qu’un imprévu, genre un microbe, une tempête, une panne de courant ou autre vient nous scier les deux jambes. Vous savez, ce genre de situation m’est arrivé plus d’une fois et j’ai eu toutes les réactions : sacrer comme un dingue, crier après la vie comme une forcenée, faire les cent pas en gesticulant comme une folle, et après tous ces essais, le meilleur moyen que j’ai trouvé c’est de me dire « ben coudonc ».

Je vous vois venir en disant « Ben voyons, ça ne marche pas, c’est totalement impossible de ne pas sauter sa coche. » Je vous réponds que vous avez raison, ça ne fonctionne certainement pas à tout coup, mais quand ça marche, c’est tellement plus simple et agréable de juste accepter son sort. Il existe bien sûr des circonstances pour lesquelles les imprévus engendrent des conséquences majeures, mais au quotidien –  lorsque ce n’est pas une question de vie ou de mort – l’acceptation est la clé pour passer par-dessus ces mauvaises surprises qui chamboulent tout.

Une fois ben tannée de m’en faire autant quand mes plans ne s’étaient pas réalisés exactement et parfaitement comme prévu, j’ai tenté quelques trucs pour m’aider à mieux gérer mon temps et à éviter mes montées de lait intenses causées par les impondérables de la vie.

S’accorder plus de temps
Nous avons tous plein de choses à faire; nous sommes tous super occupés; nous courons tous après le temps. Voilà c’est dit, c’est ça! Bon, alors si on arrivait, malgré notre temps hyper chargé, à s’accorder juste un peu plus de temps pour chaque tâche que nous avons à faire, au bout du compte, aurions-nous un petit sursis pour composer avec l’imprévu qui pourrait survenir pendant notre journée? À ça, je réponds – oui!

Et si, j’estime qu’un truc va me prendre une heure à faire, mais que je m’en accorde une heure et demie? Si je termine à l’heure prévue, tant mieux, j’ai un sursis de 30 minutes dans ma journée; si ça me prend un peu plus de temps, eh bien, je ne capote pas encore, car j’ai encore un petit « buffer ». Et si je termine en retard? Eh bien, voilà pourquoi il est important de faire la même réflexion pour chaque tâche de la journée. Grâce à la réserve de temps que vous aurez prévue pour chaque tâche, tout va s’équilibrer à la fin de la journée.

Maintenant, vous allez me dire, mais ma journée sera plus longue si j’ai plein d’imprévus et que j’utilise tous mes « buffers »; voilà ce qui m’amène à mon prochain point…

Diminuer nos attentes
En dressant une liste à n’en plus finir, c’est évident que la suggestion proposée n’a aucun sens. Mais, si on cesse de remplir nos journées à craquer et de s’exiger une « to-do list » démesurée, peut-être que cet équilibre devient plus atteignable. Je m’explique : croyez-vous que vous pourriez vous mettre cinq tâches à faire dans votre journée, plutôt que sept ou huit? Quelle satisfaction ressentirez-vous si vous terminez avant et que vous pouvez prendre de l’avance sur le lendemain! Imaginez…

Encore ici, l’acceptation joue un rôle important, car j’en conviens, une mini-surprise peut tout faire décaler. En acceptant que vous ne puissiez pas tout prévoir parfaitement, mais plutôt déterminer un plan que vous avez l’intention de suivre, vous réussirez à alléger, ne serait-ce qu’un tout petit peu, le fardeau. Si vous avez fait de votre mieux et que vous avez réussi à faire quatre des cinq tâches prévues dans votre journée, eh bien, coudonc, bravo! Demain est un autre jour. Réorganisez vos attentes du lendemain et continuez votre beau chemin.

Maintenant, vous allez me dire, mais si je ne termine pas mes trucs, je me sens coupable; voilà ce qui m’amène à mon prochain point…

Gérer la culpabilité
La culpabilité et moi vivons une relation assez intense! J’ai déjà écrit Une lettre à Dame Culpabilité afin de me libérer de son emprise malsaine, mais en vain, elle revient toujours me tester que ce soit dans ma vie personnelle, familiale ou professionnelle, et ce, tous les jours ou presque… À la culpabilité, je dis BASTA! Vous ne pouvez pas tout contrôler : ni la météo, ni la circulation, ni les microbes, ni la réaction des gens qui ne comprennent pas. Malgré tous vos efforts, vous pouvez prévoir et prévoir tant que vous le voulez, il est impossible que ça se passe exactement et parfaitement comme vous l’avez imaginé. Si vous faites de votre mieux, cessez de vous taper sur la tête. En acceptant encore une fois, je peux quasi vous garantir qu’une solution émergera pour vous rattraper sans que vous ayez à trop forcer. Respirez par le nez, en principe, ce n’est pas vous qui avez causé l’embouteillage monstre sur votre route, ni vous qui avez coupé l’électricité de votre quartier. Ça arrive! En l’acceptant, vous ne donnez pas votre pouvoir aux autres, qu’ils comprennent ou non ce qui vous arrive. En l’acceptant, vous ne laissez aucune place à la culpabilité!

Alors, existent-ils des moyens pour mieux gérer les imprévus? En théorie, on peut bien essayer tous les trucs de gestion de temps et tenter de se préparer le mieux possible pour toute éventualité, mais en pratique, il revient plutôt à se gérer soi-même et d’être doux avec soi afin d’accepter notre réalité. C’est un travail constant, je vous l’assure.

La prochaine fois que la vie vous réservera une petite surprise, eh ben, coudonc, prenez une grande respiration et dites-lui « merci ». La suite risque d’être beaucoup moins pénible.

Par Melissa Freeman

Grande dramaturge de la vie, les choses sont souvent plus grandes que nature à mes yeux. Mais, je trouve quand même le moyen de me déposer de temps en temps dans le moment présent, afin de respirer le bonheur que je partage avec mon amoureux, mon fils et nos deux chiens. Assoiffée de découvertes, j’adore goûter à de nouvelles choses, voyager, et partir sur une « go », bref sortir de la routine pour aller explorer sans trop savoir à quoi m’attendre. J’aime lire, écrire, cuisiner, peindre, et regarder des films et séries télé avec profondeur et ingéniosité qui me permettent tout de même de décrocher. Je veux tout : la famille, l’équilibre, la réussite, l’argent, le bonheur, la santé, mais surtout profiter de chaque instant alors que je crée ma vie à mon image.

Share on Facebook0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on Google+0Email this to someone